Vous avez dit permaculture? Feuilleton Madame Nature 1/3

Par · 26 jan 2012

Mais que veut bien dire le terme « permaculture? » Derrière ce mot compliqué se cache une manière simple et saine d’envisager le jardin : pratiquer la permaculture, c’est avant tout se faciliter la vie…Nouveau mot à la mode dans les sphères potagères, la permaculture vous réserve deux bonnes surprises… La première est qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle tendance que l’on essaie de vous vendre. La permaculture n’est pas un produit de consommation, et ne demande aucun investissement particulier pour être pratiquée dans votre jardin. Le terme est issu des recherches entreprises dans les années 70 en Australie, par Bill Mollison et David Holmgren, écologistes qui tentaient alors de réagir aux techniques agricoles massives et destructrices de l’après-guerre : le mot-valise permaculture est une contraction de « permanent agriculture »…

C’est une méthode de culture des sols soutenable et permanente, établie dans le respect des écosystèmes, de la nature et du sol sur le long terme. Alors que trop souvent l’agriculture moderne contrarie la nature, au contraire, la permaculture joue avec elle. Ce qui fait la différence entre agriculture bio et permaculture, c’est la globalité de l’approche de cette dernière : la permaculture va au-delà du respect de la terre, elle vise aussi le partage équitable et la création de l’abondance. En résumé, la permaculture est une approche globale du jardin dont l’objectif principal est de travailler moins pour récolter plus. Enthousiasmant, non ? C’est que l’optimisme, fait partie intégrante du concept ! Nathalie, qui est partie vivre en Nouvelle-Zélande pour y apprendre cette pratique confie d’ailleurs dans un article qu’elle partage sur le site Ecolo-Info : « La chose la plus importante à retenir pour « faire » de la permaculture c’est positiver. (…) La permaculture vous encourage à regarder la solution plutôt que le problème, à travailler avec et non plus contre la nature et à faire avec les moyens du bord. »

L’outil principal du permaculteur? L’observation de la nature dans le but de mettre en place des écosystèmes durables et diversifiés. Chaque plante, et plus largement chaque élément du jardin trouve place là où ses besoins seront comblés et toutes ses fonctions pourront être assurées.
Par exemple, une mare permet de stocker de l’eau pour arroser le potager, mais aussi constitue un refuge pour les insectes et oiseaux de passage, produit des plantes, et réfléchit la lumière du soleil pour réchauffer son entourage. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Dans le même ordre d’idée, la permaculture fait appel aux savoirs et savoir-faire déjà acquis, et remet à l’honneur les traditions locales : pour trouver les solutions les plus adaptées à la culture de son terroir, rien de tel que de parler avec ses voisins, d’aller à la rencontre des gens, de se renseigner sur les espèces locales et les légumes, fruits et autres plantes qui poussent facilement dans la région !

Jusque-là, la permaculture n’est finalement que du bon sens. Et c’est là que réside la deuxième surprise qui s’y intéressent : la permaculture est assez simple à mettre en oeuvre. Pour faire bref, on retiendra qu’elle repose sur 4 grands principes : pas de labour, pas de pesticides, pas d’engrais, pas de sarclage.

En savoir plus:

Ajouter un commentaire

*