Comme un air d’Angleterre

Par · 2 juin 2012


A quelques kilomètres de Libramont, ce jardin luxuriant étonne ceux qui connaissent l’austérité des terres ardennaises. Un lieu dépaysant, qui donne l’illusion d’être transporté Outre-Manche.

Ce jardin, Philippe Charpentier en a rêvé tout au long de sa vie de pharmacien. Passionné depuis toujours par les plantes et de manière plus large, la nature, c’est en 2000, juste après avoir pris sa retraite qu’il décide de faire appel à une équipe d’architectes paysagistes renommés pour aménager le jardin de cette fermette. Le long bâtiment de pierre du pays, datant de 1870, a été restauré avec goût lors de l’installation de la famille en 1978. Mais hormis la construction d’une piscine et la plantation de quelques fleurs et arbustes, le jardin, une ancienne prairie de 30 ares, n’avait jusque là pas subi de réel aménagement. Pour matérialiser le jardin de ses rêves, Philippe a donné carte blanche à Brigitte de Villenfagne et à son fils Michaël de Villegas, ne leur soufflant que deux désirs : une profusion de roses, et l’ouverture sur le paysage de prés et de bois. Alors qu’à l’avant de la bâtisse, le décor est volontairement resté neutre, un effet de surprise se produit lorsqu’on accède à l’arrière. La terrasse de la maison surplombe un jardin foisonnant de couleurs qui communique visuellement et dans une grande harmonie avec la nature et les pâtures alentours.

Signatures végétales

Brigitte de Villenfagne s’est occupée du choix des plantes, colorant de bleu, de jaune et de rose les massifs dessinés par Michaël de Villegas. Mère et fils ont laissé dans les lieux leurs signatures respectives : le généreux rosier à petites fleurs ‘Brigitte de Villenfagne’ (dédié par le créateur Louis Lens à la paysagiste), et la forme des massifs, imitant les plumes des dessins du Cachemire. Autour de la piscine et au centre de la pelouse, qui fait aussi la fierté de Philippe, mixed borders et massifs insufflent au lieu un esprit anglais. « J’aime ce désordre organisé, dans lequel la nature semble reprendre ses droits, explique Philippe. » Clé de voûte de cette ambiance délicieusement britannique, une petite barrière placée entre deux vieux hêtres s’ouvre sur l’extérieur du jardin comme une invitation à la promenade. Ce simple élément incite le visiteur à laisser son regard se balader au-delà des vieille haies qui ont donné leur nom au jardin, l’ « Enclos ». Heureux de cet effet, Philippe prend soin de l’entretenir. « Il y a des années de cela, un entrepreneur de jardin avait voulu couper un des deux arbres, pour que l’autre respire mieux. Mais je suis heureux de m’être écouté et de l’avoir conservé : sans la symétrie de ces 2 ancêtres, cette vue n’aurait pas la même allure. Quant au paysage, il m’est arrivé de demander au propriétaire d’un des terrains avoisinants de rabattre sa végétation, pour ouvrir l’horizon… Et il l’a fait, pour notre plus grand plaisir, nous donnant l’impression d’un jardin qui ne finit pas ! » Alors que dans les mixed borders, plantes basses et hautes s’entremêlent dans une séduisante confusion, des banquettes et boules de bois structurent ça et là l’espace de façon plus rigoureuse, entourant notamment un petit verger. Si ce jardin est renommé désormais comme un des plus beaux de Wallonie, il doit cette réputation tant à la patte des spécialistes auxquels il a fait appel qu’à celle de Philippe.

Des roses robustes

En véritable passionné, ce dernier ne confie à personne d’autre que lui l’ entretien et le suivi des plantations, qu’il réalise en fin connaisseur des conditions de terrain. « Nous somme situés à plus de 500 mètres d’altitude : ici, les hivers sont rigoureux et longs. Le gel tenace n’a pas convenu à certaines plantes gélives telles que le Caryoptéris, ou le Cornus florida. J’ai remplacé les plantes fragiles par d’autres, plus résistantes. » La rudesse des conditions ardennaises montre aussi quelques bons côtés : les rhododendrons s’épanouissent à merveille, et sans demander de soins particuliers, puisqu’ils trouvent ici de façon naturelle la terre acide dont ils ont besoin. Les nombreuses roses du jardin, et en particulier les magnifiques « Lavender dream » sur tige qui encadrent les marches qui mènent à la piscine, balayent les préjugés : « Il est possible aujourd’hui de trouver des rosiers qui résistent très bien aux gelées ainsi qu’aux maladies. Grâce à cela, nous avons relevé le défi de créer un jardin de roses au cœur de l’Ardenne », se réjouit Philippe. Cet amoureux de son jardin aime communiquer son enthousiasme en guidant ses visiteurs jusqu’au cœur du petit sous-bois qu’il a pris beaucoup de plaisir à aménager lui-même. Chineur invétéré, il n’a de cesse de parfaire et varier les ambiances des différents recoins du jardin, en y ajoutant des objets de charmes dénichés sur les brocantes : ici un petit banc, là une vasque antique, ou encore des obélisques en bois…Membre des « Jardins ouverts de Belgique », Philippe aime faire découvrir son « Enclos ». avec son épouse Chantal, il organise chaque dernier week- end du mois de juin une journée des plantes et des jardins où plaisirs du jardin et de la brocante se côtoient. Deux journées où l’ « Enclos » se fait plus généreux que jamais, puisque tous les bénéfices de cette ouverture sont reversés à une oeuvre sociale de la région.

En savoir plus

7 éme édition «  Journées des Plantes et des Jardins » au Jardin « L’Enclos »

Les 23 et 24 juin prochains, de 10h à 18 h, jardiniers, amateurs, collectionneurs, professionnels et passionnés pourront découvrir dans ce cadre enchanteur de nombreux pépiniéristes spécialisés, dont la pépinière anglaise Drointon Nurseries, invitée d’honneur qui exposera une collection unique en Europe, plus de 850 variétés de Primula Auricula, communément appelées oreilles d’ours. Artistes, artisans de jardin, architectes paysagistes seront au rendez-vous.

Parking, bar, restauration, espace récréatif pour enfants, service «  brouettes »

Entrée 5 euros, gratuit jusqu’à 14 ans.

Jardin « L’Enclos »

16, voie de Messe

6800 Sberchamps (à 5 km de Libramont)

061/224097 web : www.enclos.be

Ajouter un commentaire

*