Quelques trucs pour économiser l’énergie tout en ayant bien chaud

Par · 6 fév 2012

Le chauffage représente plus de la moitié des dépenses énergétiques des ménages wallons… Les chiffres grimpent même jusqu’à 70% de nos consommations énergétiques ! Il s’agit donc un poste important dans nos portefeuilles, mais aussi en ce qui concerne l’addition planétaire, puisque ces dépenses énergétiques participent aux rejets de gaz à effet de serre.Si on construit ou que l’on envisage de rénover sa maison, l’isolation de la toiture, la pose de double vitrage, ou l’installation d’une chaudière à haut rendement sont des mesures qui s’imposent.

Mais les travaux d’isolation ou la pose d’une nouvelle chaudière ont un coût relativement important. Même si celui-ci est amorti en quelques années, ces transformations ne sont pas toujours à portée de toutes les bourses. Il existe, pour ceux qui doivent patienter, une série de petits gestes gratuits ou bon marché que chacun peut pratiquer. Des petits gestes qui payent, mais qui auront aussi pour effet d’accroître votre confort !

On peut commencer par bien entretenir son système de chauffage : l’entretien annuel est obligatoire pour le chauffage central au mazout (mais aussi au charbon ou au bois). Faire entretenir sa chaudière à mazout par un professionnel peut vous faire gagner 3 à 5% de rendement sur sa combustion.  A raison de 0,85 € le litre, pour un ménage qui consommerait 2500 litres par an, cela équivaut à une économie d’environ 63 à 106 euros… Un entretien coûte environ 150 euros. L’économie n’amortit pas entièrement cette dépense, mais il faut savoir aussi par exemple qu’un brûleur déréglé peut engendrer jusqu’à 20% de surconsommation : dans ce cas-là, il n’y a pas photo ! L’entretien est d’autant plus conseillé et rentable que la chaudière est âgée… Pensez aussi dans le même ordre d’idée à purger régulièrement vos radiateurs.

Le choix du combustible est aussi important. Pour parler du mazout par exemple, la nouvelle génération de fioul domestique est plus écologique. Ce type de mazout permet de réduire la consommation (et donc le rejet de gaz à effet de serre) de 7%.  Il coûte environs 2 cents plus cher le litre, soit 20 euros de surcoût pour 1000 litres, Mais pour reprendre notre calcul sur base de 2500 litres, l’économie se montera au final à environ 150 euros et compensera largement cette différence de prix (pour la même quantité de chaleur produite ; on économise au final une bonne cinquantaine d’euros).

Depuis quelques années, de plus en plus de gens sont revenus au chauffage au bois… Dans ce cas, le premier conseil, si vous voulez profiter pleinement de votre feu ouvert, cassette ou poêle à bois, est de veiller à utiliser du bois bien sec. Il a un pouvoir calorifique presque deux fois plus élevé que le bois vert. Plus il y a d’humidité, plus son évaporation consomme de l’énergie et moins il y a de chaleur produite pour la maison.

Il faut donc utiliser son chauffage de façon intelligente, bien en étudier le mode d’emploi…Penser par exemple aussi à purger les radiateurs et à faire désembouer votre circuit de chauffage. En effet, au fil du temps, votre tuyauterie s’oxyde et forme des boues avec les sels minéraux contenus dans l’eau du circuit, nuisant à la circulation et à la diffusion de chaleur. Autre chose qu’on ne répète jamais assez : il ne faut surtout pas couvrir ses radiateurs ! Et puis, enlever la poussière permet aussi d’améliorer leur rendement : vous pouvez gagner jusqu’à 10% d’économies d’énergie très facilement !

D’autres réflexes peut-être plus connus, mais assortis de quelques chiffres, pour nous inciter à les pratiquer :

  • Mettre un pull et réduire le chauffage d’un degré, c’est économiser 7% d’énergie (çad 150 euros sur une consommation de 2500 litres par an!
  • Couper le chauffage dans les pièces inoccupées : c’est 8% d’énergie «économisée (172 euros), baisser le thermostat ou le chauffage une demi-heure avant d’aller coucher ou de partir : 2% (=43€).
  • Installer des vannes thermostatiques individuelles pour régler chaque radiateur : 1%. De telles vannes coûtent relativement cher (50 euros), mais permettent de mieux contrôler la température de chaque pièce, et votre confort (la vanne permet de programmer votre chauffage par exemple, c’est un plus, pour les distraits). 21,5 euros d’économie par an : en un peu plus de 2 ans votre vanne est remboursée. Et là, je peux vous dire que ces chiffres ont évolué car il y a 2 ans, il fallait 4 ans pour rentabiliser cet achat. Le prix du pétrole évolue… Juste une petite mise en garde : installer ce genre de système ne se fait pas à la légère, cela dépend de votre installation, et de l’usage que vous faites de la maison, c’est important de se renseigner auprès d’un professionnel par exemple.
  • Rien que là, si j’additionne toutes ces petites économies, j’arrive à 28%, c’est à dire un peu plus de 600 euros sur une année. Et autant de pollution de l’atmosphère en moins. Mais ce n’est pas fini !
  • On peut agir aussi sur l’isolation sans faire de gros travaux : fermer les rideaux le soir, c’est une économie de 5%, bien fermer les portes entre pièces chauffées et non chauffées : 6% d’économie, chasser les courants d’air en installant des joints  sous les portes et châssis de fenêtre : 1,5% d’économie, placer un panneau réfléchissant derrière vos radiateurs : 1% d’économie de chauffage par mètre carré de surface du radiateur ! On trouve ce type d’isolant en fine couche couverte d’aluminium dans les bricos, au prix d’environ 10 euros pour un rouleau de 50cm de large et 5m de long. L’investissement est donc rentable dès la première année ! Si vous avez 6 radiateurs d’1,5 m2 (9 mètres carrés), 9% d’économie (çad 193 euros par an) pour une dépense unique  de 40 euros ! Isoler les canalisations de chauffage central dans les espaces non chauffés vous rapportera 0,3% d’économie par mètre courant de canalisation isolée. N’oubliez pas que les petites rivières font les grands ruisseaux!-)
  • Si on applique tous  ces gestes, on peut réduire sa consommation de chauffage de moitié, c’est pas mal.
  • Je n’ai pas chiffré l’économie que cela représente, mais personnellement quand j’ai fini d’utiliser mon four, je laisse sa porte ouverte : ça réchauffe toute la cuisine, juste au moment du repas ! On peut aussi s’inspirer des trucs de grand-mère et revenir à la bouillotte, pour se réchauffer les soirs d’hiver.
  • Mais surtout, il y a un truc capital que tout le monde devrait appliquer, où qu’il soit, c’est viser le confort thermique plutôt que la température. Nos sens nous trompent parfois, en nous donnant une impression de froid à cause d’un courant d’air ou de l’humidité ambiante. C’est Romain Gary qui a dit que « Quand on se fait vieux, on se réveille chaque matin avec l’impression que le chauffage ne marche pas », et c’est vrai que notre humeur peut influencer notre impression de chaleur ! Donc, apprenons à jouer avec nos sens : des études ont montré que les couleurs des parois ou de la lumière des pièces, ou encore les textures du mobilier pouvaient influencer notre sensation de confort thermique ! Vive les meubles en bois et les couleurs chaleureuses ! Des internautes me livraient hier soir leur truc : allumer une bougie augmenterait selon eux la température de la pièce d’1 C°. Pourquoi pas, si c’est fait avec prudence, ce qui est sûr, c’est que visuellement et pour l’ambiance, une bougie accroit en effet l’impression de chaleur, et c’est important !

Commentaires1 Comment

  1. En effet le nettoyage de votre système de chauffage vous fera économiser car votre système en étant bien entretenu durera plus longtemps. Il est très important d’en faire l’entretien si vous voulez aussi garder votre système efficace!

Ajouter un commentaire

*