Presse papier vs press numérique: où est la slow presse?

Par · 3 mar 2012

A l’occasion de la foire du livre de Bruxelles, je me suis penchée sur la question suivante : faut-il cesser de lire des magazines papier ? De plus en plus de consommateurs avertis se posent des questions sur l’impact environnemental des journaux imprimés. Certains lecteurs sensible à l’environnement pensent même que la consultation en ligne est une alternative plus écologique. Cela fait déjà quelques années que ce débat est en cours : il est comparable à celui qui oppose les partisans de la lecture du bon vieux livre et ceux des tablettes de lectures…

Il y a bien sûr des analyses de cycle de vie, à ce sujet, mais le hic, c’est que les bilans carbone se succèdent sans se ressembler : en 2009, aux USA, le cabinet de conseil Cleantech Group, a estimé les émissions de  la liseuse électronique Kindle à 168 kg équivalent CO2 sur l’ensemble de son cycle de vie. Posé sur cette balance carbone, le livre moyen affiche 7,46 kg éq. CO2 du berceau à la tombe. Selon ces données, la liseuse serait compensée à partir du 23e livre  lu, soit une année de lecture pour un lecteur moyen… Mais la même année 2009, une autre étude, commandée par Hachette, donnait des résultats très différents : le cabinet de conseil Carbone 4 estimait en effet quant à lui qu’un bouquin ne pèse qu’1 kg éq. CO2 contre 250 pour une liseuse électronique, et que selon ces données, la liseuse ne se rentabiliserait alors qu’après 250 livres, soit plus de dix ans de lecture au rythme de 2 livres par mois.

Le problème est finalement de vouloir mesurer des poires et des pommes. Les magazines qui ont procédé à l’analyse de leur empreinte carbone, comme Géo, Terra Eco ou Le Monde Interactif, ne comparent d’ailleurs pas leurs résultats entre eux, et s’accordent pour considérer que toute analyse de ce type doit avant tout être traitée comme un indicateur interne des possibilités de réduire son impact environnemental. Le calcul de l’empreinte carbone n’est pas une science exacte.

C’est vrai que les périmètres choisis pour ce type d’analyse ne sont pas toujours les mêmes, d’une étude à l’autre, et surtout, d’un commanditaire à l’autre. Une étude, toutefois, m’a semblé vraiment digne d’intérêt : l’association suédoise des éditeurs de magazines a demandé à l’institut de recherche Innventia de comparer l’impact environnemental des magazines papier et des magazines en ligne en prenant compte de l’intégralité de leur cycle de vie. Selon ses conclusions, lire un magazine papier ou lire un magazine en ligne pendant un an génère la même quantité de gaz à effet de serre, soit 1 kg d’équivalent CO2 (ce qui correspond à regarder la télévision durant 2 heures)… L’étude a ceci d’intéressant qu’elle est à la fois sérieuse et bien documentée, et qu’elle offre surtout des possibilités de sortir de l’opposition papier vs numérique pour mettre en exergue des critères plus précis, sur lesquels nous avons la possibilité d’agir réellement pour minimiser l’impact réel d’une lecture. Ainsi, on y apprend que si l’activité de lecture en elle-même n’a aucun impact environnemental, plus le magazine a de lecteurs, moins la charge par lecture du magazine est élevée. Et que par contre, l’impact environnemental de la lecture d’un magazine en ligne augmente au fil du temps de lecture : « si le temps de lecture est supérieur à 40 minutes par mois, l’impact environnemental du magazine en ligne est supérieur à celui du magazine papier »…

Bref, on ne le rappellera jamais assez : toute consommation de média entraine des émissions de gaz à effet de serre. Le tout est de choisir en connaissance de cause… et de fonction ! D’un côté, il y a le papier, l’impression, le transport, le recyclage, et le confort offert pour une lecture plus longue et approfondie… De l’autre l’énergie nécessaire au fonctionnement des serveurs où sont stockées les données, celle liée à l’utilisation du matériel informatique, la durée de vie de ce matériel, et la possibilité de partager l’information et de la faire circuler rapidement.

Peut-on aujourd’hui se passer d’une ou de l’autre fonction? Il semble de plus en plus que les deux soient amenées à coexister. L’utilisateur par contre peut se servir de son comportement pour alléger l’empreinte carbone du média qu’il utilise. Prolonger la durée de vie de son ordinateur, par exemple, mais aussi celle des magazines papier, en les prêtant, les faisant circuler… Autre solution s’adressant aux lecteurs attachés au papier : s’abonner ! En effet, toujours selon cette étude suédoise, l’impact environnemental de la lecture d’un magazine papier auquel le lecteur est abonné est inférieur à celui de la lecture d’un magazine acheté au numéro. La raison ? « Les magazines d’un présentoir ne sont pas tous vendus : on compte 1,7 copies imprimées pour chaque numéro vendus. » Pour ma part, j’ai aussi retenu que les activités des journalistes nécessaires à la rédaction des articles d’un magazine sont elles aussi un levier d’allègement de l’empreinte carbone d’une revue…Et je peux vous garantir que cette chronique n’a pas nécessité de déplacement en avion ni en voiture. Juste quelques coups de téléphone, et une bonne série de clics… Mais c’est promis,  je reste votre éternelle abonnée !

Pour en savoir plus:

 

 

Commentaires1 Comment

  1. grenouille dit :

    Intéressant… cela complète des questions que je me suis déjà posée – sans réussir à y répondre non plus, car si le numérique semble innocent pour l’utilisateur, il ne l’est vraiment pas côté énergie grise, matières premières, consommation d’énergie…
    On peut ajouter que l’article ou le livre sans succès sera moins dévastateur sur le web, car c’est le clic des lecteurs qui dépense de l’énergie… A l’inverse, le libre/magazine publié à trop grand tirage sera juste un gâchis d’encre et d’arbres (papier).

    J’en étais aux même conclusions que toi : faire circuler livres et magazines au maximum… et de l’autre côté, faire durer son ordinateur le plus possible, être attentif aux serveurs que l’on utilise… et éviter de « glandouiller » sur le web !!!! (pas toujours facile ;-) )

Ajouter un commentaire

*