Mon herbier d’été/7: la tagète

Par · 26 août 2011

tagètesC’est d’une fleur de nos jardins de grands-mères que j’ai eu envie de vous parler dans Nuwa (La Première, RTBF), pour clore cet herbier d’été: la désuète tagète !

Les Tagètes ou oeillets d’inde sont des fleurs de la famille des astéracées qui sont un peu passés de mode pendant tout un temps, mais qui reviennent en force en ce moment ! Leur nom latin scientifique tagetes,évoque Tagès, petit-fils de Jupiter, probablement en raison de la facilité qu’ont les plantes de cette espèce à ressortir chaque année de terre grâce aux graines produites l’année précédente. On connait les tagètes depuis environ 400 ans en Europe. Il en existe plus de 30 variétés. Sous ses allures un peu désuètes, la petite plante est une vraie coquette qui se décline dans de très nombreuses variétés, formant une palette de couleurs allant du jaune au rouge, parfois même bicolores.

Les tagètes étaient connues chez les Aztèques et les Mayas, dit-on. C’est le cas en particulier de Tagetes lucida, la tagète aromatique surnommée estragon du Mexique, pour cette raison. C’était, chez les Aztèques et les Mayas, une plante sacrée et médicinale (pour ses vertus antidiarrhéiques et spasmolytiques).

Pourquoi l’« œillet d’Inde » a-t-il eu tant de succès dans les jardins de nos grands-mères ? C’est parce que, quelqu’en soit la variété, à fleur simple, semi-double ou double, la tagète repousse de nombreux parasites indésirables grâce à sa puissante odeur âcre. Ses racines font également fuir les nématodes : il est donc conseillé de les placer un peu partout en rangées dans le potager, et particulièrement entre les tomates et les pommes de terres. On peut utiliser les fleurs de tagètes en purin contre les chenilles et pucerons. Et enfin, enfouir la plante dans le sol en fin de saison, car elle constitue un très bon engrais vert. St pour toutes ces raisons que la tagète connait un renouveau de son succès aujourd’hui, mais aussi parce que cette petite plante apporte ses vives touches de couleur tant au potager que dans les bordures et les jardinières, en leur donnant un petit air rétro.

On a évoqué aussi un parfum d’estragon : les feuilles de la tagète se mangent, et les fleurs aussi ! En fait, on en mange plus souvent qu’on ne le pense : l’industrie agro-alimentaire utilise abondamment la lutéine, un colorant extrait de la plante, que l’on retrouve donc dans de nombreux plats préparés. Ce n’est pas un hasard si ses propriétés colorantes ont valu à la tagète le surnom de «safran du pauvre» ! Si on veut cultiver des tagètes au jardin pour les consommer, il est conseillé de choisir Tagetes lucida, qu’on vient d’évoquer, et qui peut être utilisée pour aromatiser du vinaigre ou des boissons : on peut en faire du sirop, ou tout simplement une infusion. Les Mexicains apprécient d’ailleurs cette infusion pour ses vertus digestives. On peut aussi consommer les feuilles et fleurs en salade, les faire infuser dans du lait pour colorer et parfumer des crèmes ou de la glace. Ou les intégrer dans des potages ou des beurres aromatisés. A noter aussi que Tagetes signata ou tenuifolia est aussi intéressante, car ses feuilles dégagent un arôme d’agrume proche de celui de la mandarine. Et il y a aussi Tagetes minuta, dont la plante est plus envahissante, mais qui aurait un parfum de citronnelle et de pomme… On dit qu’elle a le goût d’un mélange de menthe, de coriandre et de basilic. Au Pérou, d’ailleurs, la tagète minuta, appelée « huacatay » est réduite en purée et en assaisonnement, pour conférer leur saveur unique aux plats locaux, et ce depuis la période de la civilisation Inca.

On utilise aussi l’huile de tagète en cosmétique. Les scientifiques ont découvert que les composés naturellement présents dans l’huile de tagète agissaient comme des agents antimicrobiens et antifongiques. C’est ce qui fait qu’on la retrouve souvent dans les cosmétiques bio, faits à la main, contenant peu de conservateurs. La tagète est décidément pleine de ressources : on la retrouve dans des lotions anti-poux ou antimoustiques. La lutéine qui en est extraite est utilisée dans des préparations destinées à protéger la vue. A la maison, on peut d’ailleurs se servir des fleurs de tagètes ou de son huile essentielle pour préparer des recettes de produits cosmétiques.


Des recettes à déguster sur ce chouette site.

Recette de masque purifiant pour peaux grasses et/ou acnéiques tirée du livre de Pierrette Nardo, « Mes bonnes plantes et bonnes herbes », Ed. Rustica.

-3 gouttes d’huile essentielle de Tagetes bipinata

-1 cuillère à café de gel d’aloès en tube

-2 cuillères à soupe d’argile verte

-infusion de tagète (de préférence erecta, sinon lucida)

Dans une coupelle, mélangez le gel d’aloès et l’huile essentielle. Dans un bol, mélangez l’argile avec un peu d’infusion, jusqu’à obtenir une pâte souple. Ajoutez la préparation à l’aloès et mélangez. Appliquez sur le visage et le cou en évitant le contour des yeux et des lèvres. Laissez agir 20 minutes. Retirez avec un gant humide, puis rincez.

Ajouter un commentaire

*