Les huiles essentielles ont du goût!

Par · 7 jan 2010

la plageCela fait déjà un moment que je m’intéresse à l’utilisation des huiles essentielles en cuisine. Il y a quelques années, lorsque quelques cuisiniers  français avaient publié leurs recettes aroma-gastronomiques, cela m’avait intriguée… et avait titillé mes papilles! Dans le livre « Cuisiner avec les huiles essentielles et les eaux florales » (Ed. La Plage), Emmanuel et Valérie Cupillard expliquent entre autres comment  2 gouttes d’huile essentielle de géranium peuvent donner un coup de jeune à une recette aussi classique et ancienne que le clafoutis aux cerises. Dans ce livre, il y avait toute une série d’autres recettes comme des cakes à la lavande, un crumble de groseilles parfumé à la cardamone ou une sangria à l’eau de rose… Pas fort la saison, en ce moment, mais c’est justement là que ça peut aussi devenir intéressant: on peut faire un clafoutis avec des cerises en bocal, et grâce à ce parfum subtile et surprenant donné par les deux gouttes d’huile essentiel de géranium rosat, la magie sera au rendez-vous! Tout ça de façon 100% naturelle!

Au moment de mes investigations de l’époque, j’avais regretté de n’avoir trouvé aucun chef belge qui pratique la cuisine aux huiles essentielles… Mais aujourd’hui, Geneviève Mahin est là! C’est un peu le hasard qui m’a menée à elle: une belle rencontre que je vous propose dans les pages de Gaël de ce mois de janvier, mais aussi dans l’émission Sans Chichis de ce 7 janvier… A moins que vous ne préfériez la rencontrer et goûter sa cuisine en vrai!  Ce que j’ai apprécié chez cette lady chef? Son parcours peu banal (au départ, Geneviève est historienne, et a fait ses études comme moi à l’ULg. Comme quoi l’Histoire comme l’archéologie mènent à tout!), et son attirance pour les nourritures vraies: Geneviève cuisine essentiellement des produits bio, et sa pratique des huiles essentielles s’inscrit dans cet esprit… Tout en donnant une touche moderne et fantaisiste à ses préparations.

Finalement, Geneviève fait en cuisine ce que je tente de faire en journalisme: saisir l’attention pour l’environnement, la santé, la nature, comme une opportunité en plus d’innover… et de se donner du plaisir en faisant du bien à la planète!

Commentaires2 Comments

  1. De Vriendt dit :

    Les huiles essentielles peuvent être très toxiques prise oralement;n’est-il pas dangereux de les conseiller en cuisine!.Entre une ou deux trois gouttes,n’y a t’il pas de risque de dérives??

  2. Isabelle dit :

    Bien sûr, il est très important d’une part de respecter les précautions d’usage habituelles des huiles essentielles:
    -les tenir hors de portée des enfants
    -respecter les dosages (d’où l’intérêt de suivre les recettes du livre)
    -ne jamais les administrer aux enfants de moins de 5 ans ni aux femmes enceintes ou allaitantes, ou aux personnes allergiques ou sensibles
    -ne jamais mettre les huile essentielles en contact avec les muqueuses, et en cas de contact avec les yeux, nettoyer avec de l’huile végétale douce et non de l’eau

    J’ajouterais que dans le cas de lk’alimentation, il est encore plus important d’utiliser des huiles essentielles BIO.

    Et enfin, en effet, n’utiliser que les HE qui sont reconnues comme utilisables en cuisine, en demandant conseil à un aromathérapeuthe.

    Dans le livre « Cuisiner avec les huiles essentielles » (réf. dans l’article ci-dessus), Gérard PPerrot, technicien agricole distillateur et aromatologue donne la liste suivante : aneth, basilics, agrumes, camomilles, carotte, cardamome, carvi, cumin, curcuma, fenouil, géranium, lavandes, lime, marjolaine sylvestre, mélisse, menthes, poivre noir, pruche, romarin, thyms doux, verveine, ylang-ylang…

    J’espère avoir répondu à votre question!

Ajouter un commentaire

*