Gadgets anti-ondes: quelle efficacité?

Par · 14 déc 2012

A l’heure où l’on commence à reconnaître les dangers des ondes gsm, je vous propose de faire le point sur les innombrables gadgets que l’on vend pour s’en protéger : patchs, vêtements, papier peint, housses des gsm anti-ondes… Quelle est leur efficacité ? Et surtout, a-t-on raison de vouloir se protéger ?Les soupçons concernant l’implication des ondes GSM dans les cancers ne sont pas neufs, mais alors que les scientifiques n’ont pas encore pu trancher définitivement la question, la justice italienne elle, a reconnu début décembre que la tumeur au cerveau d’un de ses citoyens était due, entre autres, à l’usage intensif du GSM… Le cas risque de faire jurisprudence, mais surtout, il attire notre attention l’impact environnemental et sanitaire des ondes GSM.

Lors de la dernière chronique consacrée à ce sujet au printemps dernier, on rappelait que les liens entre développement de cellules cancéreuses et l’usage des gsm n’étaient ni confirmés ni exclus à ce stade. Le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) avait néanmoins déjà officiellement considéré qu’une utilisation intensive du téléphone mobile pouvait engendrer un risque accru de cancer du cerveau, et avait classé le téléphone mobile dans le groupe 2B, c’est à dire « peut-être cancérigène pour l’homme ». Entretemps, la justice italienne semble confirmer ces doutes, et d’autre part, la science avance concernant la connaissance d’autres effets des ondes émises par nos téléphones mobiles. Durant l’été de cette année 2012, des études réalisées à l’ULB ont montré que les ondes GSM affectent la mémoire et la réponse aux phéromones de colonies de fourmis.

Depuis lors, les gadgets qui prétendent protéger de ces ondes GSM se multiplient. Est-ce qu’ils sont efficaces ?

Attention: la plus grande prudence est de mise. L’apparition de ces gadgets ne date pas d’hier, mais il est vrai qu’ils se multiplient et surtout qu’il est très difficile de trouver des informations permettant de savoir s’ils sont sérieux et efficaces. On trouve le meilleur et le pire sur le marché. Le pire, Test Achats l’avait souligné déjà en 2008, lorsqu’Omega Pharma avait commercialisé un l’E-Waves Phone Chip, une puce dont les tests effectués par un laboratoire spécialisé avaient confirmé qu’elle était absolument sans effet. Malheureusement, on trouve encore sur internet et dans des magasins des patchs les plus divers et abradacabrantesques, qui non seulement n’ont aucun effet mesuré, mais plus que de simples attrape-nigauds représentent un réel danger : en effet, les consommateurs qui pensent être en sécurité grâce à leur utilisation sont amenés à s’exposer davantage aux ondes et à leurs effets dangereux lors de leur utilisation des appareils et technologies sans fil.

On trouve des papiers peints anti-ondes, et même des sous-vêtements anti-ondes.Tous ces gadgets sont inutiles ?

Non, il semble qu’il y ait tout de même quelques gadgets efficaces : on trouve des housses GSM réalisées dans un tissu spécial, une sorte de blindage qui protège en partie des ondes GSM. Ce tissu doublé de fibre d’acier, bloque les ondes à 99% en mode stand-by et à environ 70 % en mode communication. Attention, car certains étuis ne sont pas aussi efficaces : certaines protections anti-ondes réduisent la capacité de réception du téléphone et entrainent du coup une augmentation des ondes. Et puis dans d’autres cas, les produits sont efficaces mais leur mise en oeuvre n’est pas simple. Les papiers peints notamment sont parfois difficiles à poser et demandent par exemple des colles qui contiennent beaucoup de COV, ce qui cause d’autres problèmes de santé…

 

Comment peut-on vérifier l’efficacité d’un gadget anti-ondes ?

D’abord en demandant à obtenir la preuve de l’innocuité et de l’efficacité avant l’achat ou l’utilisation de tout produit qui se revendique d’être une protection. Avant d’acheter ou d’utiliser un produit anti-ondes, il faut exiger la preuve dans les modes d’emploi des produits ou sur l’emballage que les études de sécurité ont été menées à bien conformément à des protocoles scientifiques acceptables, y compris par un examen scientifique indépendant mené par des comités de lecture comme en témoigne la publication soit dans des revues ou par la citation des noms des comités indépendants. Il faut que ces informations comportent la preuve que les études ont été corroborées par les différents laboratoires ou des enquêteurs.

D’autres solutions, plus simples, pour se protéger des ondes GSM ?

Le conseil supérieur de la santé conseille d’utiliser le GSM avec modération.Test-Achats donne quelques conseils bien utiles pour cela : on retiendra notamment qu’il faut essayer d’éviter de laisser les tout-petits en contact avec des GSM, car leur système nerveux est encore en formation et donc plus sensible. Pour les enfants plus grands, mieux vaut n’utiliser le portable que pour les appels indispensables. On préconise aussi d’utiliser une oreillette et de préférer les SMS car ils réduisent l’émission d’ondes du téléphone par rapport à un appel. On évitera de téléphoner avec un GSM en voiture ou même en train car le déplacement car à chaque recherche d’antenne relais, le téléphone émet à pleine puissante, et le niveau d’émission d’ondes est donc régulièrement plus élevé. On préférera aussi téléphoner dans des zones ou la réception est très bonne, et si la communication est mauvaise, mieux vaut l’abréger. Derniers petits trucs : sachez que le rayonnement reçu par le corps est réduit à zéro lorsque le mobile est à 50 cm de celui-ci. Au minimum posez-votre gsm sur votre table de nuit pour dormir. Et puis attendez que la première sonnerie soit passée avant de coller votre GSM à votre oreille pour répondre, vous aurez ainsi éviter l’exposition la plus importante, celle du début de connexion au réseau !

En savoir plus

Ajouter un commentaire

*