Etre locavore, c’est facile et pas cher.

Par · 15 mar 2013

Ces dernières semaines, derniers mois, les polémiques et scandales alimentaires se sont succédés. On entend souvent dire que bien se nourrir coûte cher. Il existe pourtant des solutions… En voici quelques unes!Ce qui est sûr, c’est que l’on devrait se poser des questions quand on achète un poulet ou une lasagne à moins de 3 euros du kilo. En 2006, une étude de l’Observatoire de la consommation alimentaire (OCA) avait montré qu’en Belgique et en Région wallonne, la part du budget consacrée à l’alimentation avait diminué significativement au cours du siècle dernier: elle était de 60 % au début du 20e siècle, alors qu’en 2004, les achats alimentaires ne représentaient plus que 12,8 % du budget des ménages wallons… Je ne vais pas m’attacher aujourd’hui à l’analyse de ce phénomène de société. Mais comme de plus en plus de consommateurs semblent avoir envie de mieux maîtriser les tenants et aboutissants de leur alimentation, et que d’autre part, de nombreuses personnes se disent démunies de moyens de consommer d’autres produits que ceux de la grande distribution, j’ai voulu vous proposer une petite liste d’initiatives qui permettent aux consommateurs de rendre leur alimentation plus durable…

 

Cuisiner soi-même fait partie de la solution. C’est vrai qu’il faut un peu de temps pour ça, encore que, quand on est bien organisé, il y a moyen de cuisiner tous les jours des plats frais en quelques minutes. Il n’en reste pas moins qu’on est parfois fan du goût de certains aliments industriels… Prenons l’exemple de ce fameux choco aux noisettes, dont tout le monde sait qu’il contient de l’huile de palme. Pour ceux qui en sont accros, difficile de s’en passer. C’est sur base de ce constat que Lucie, graphiste, et Mélanie, journaliste, ont lancé le site http://www.lasupersuperette.com/, sur lequel elles proposent des recettes qui permettent de reproduire chez soi, avec des ingrédients triés sur le volet,  les douceurs préparées par les géants de l’agro-alimentaire… Le tout avec humour, et sans additifs alimentaires : on découvre par exemple comment cuisiner des dandinantes, inspirées par les célèbres crèmes pour lesquelles tout le monde se lève, la recette d’un ketchup maison, d’un choco-noisette sans huile de palme, de lasagnes à surgeler soi-même… Bref, c’est une mine de recettes gourmandes et amusantes…

Pour cuisiner soi-même, il faut aussi des produits frais, et de qualité… Tout cela a un coût, non ? Une des façons de faire des économies, c’est de cultiver ses propres fruits et légumes. Je vous ai parlé récemment des solutions qui existent désormais, comme les jardins collectifs, pour les personnes qui se trouvent par exemple en ville et ne disposent pas d’un jardin privatif. L’autre question que beaucoup de personnes se posent, c’est comment se lancer ? Ici aussi, beaucoup de cours de jardinage se développent à gauche à droite. Je n’en citerai que deux, mais il y en a bien d’autres. A la Ferme bio du Petit Sart, sur la commune de Grez-Doiceau, Hubert del Marmol propose un stage intergénérationnel d’initiation au jardinage bio : 5 jours répartis comme ceci/ 3 jours durant les vacances de Pâques pour découvrir comment nourrir un sol, et les différentes techniques de semis, puis un jour de rappel un peu plus tard pour repiquer les semis et entretenir les parcelles, et enfin, un jour en été pour venir récolter… A Florennes, dans le cadre d’un projet global en alimentation durable, le pôle des Services propose une formation complète en création et gestion de potagers! Mais comme je vous l’ai dit, c’est très loin d’être une liste exhaustive !

Si vraiment on n’a pas la main verte, ou du moins pour se fournir par exemple d’autres produits que les fruits et légumes, on conseille souvent de recourir à la vente directe. Mais en tant que consommateur, on ne sait pas toujours où trouver les producteurs de sa région. Je vous conseille alors de consulter un autre super site, celui de http://www.saveurspaysannes.be/ Saveurs Paysannes joue un rôle de facilitateur. Elle propose une réflexion et met en place des actions pour promouvoir les circuits courts : vente directe, magasins à la ferme, vente en foires ou marchés, porte à porte, halles de distribution, paniers de produits frais, distributeurs de lait crû, vente par Internet, … Elle favorise les circuits existants et contribue au développement de nouveaux circuits, sur une base locale ou sub-régionale. Elle contribue ainsi au maintien de l’agriculture paysanne et à la défense d’une plus grande autonomie économique et alimentaire. Sur le site vous pouvez découvrir une grande série de producteurs dans des domaines divers, mais aussi des suggestions de recettes par exemple…

Une autre façon de faire que l’on découvre notamment sur ce site, c’est l’auto-cueillette, c’est à dire le fait d’aller soi-même cueillir les fruits et les légumes : certaines fermes proposent de mettre la main à la pâte en saison. c’est une autre façon de réduire le nombre d’intermédiaires, de resserrer les liens entre consommateur et producteurs, et donc de mieux contrôler la façon dont ce qu’on mange a été cultivé… Sur le site http://www.fruit-time.be, vous pourrez vous inscrire à la newsletter pour être prévenu lorsque les cueillettes de fruits rouges commenceront l’été prochain. Sur le site http://www.mariesgarden.be/fr, on explique que les fruits, légumes et fleurs plantés dans des champs près de Bruxelles seront à nouveau ouverts aux récoltes après le1er mai 2013… Il y a bien d’autres initiatives de ce type dans le pays, bien sûr, et elles sont rassemblées dans un fichier téléchargeable sur le site de saveurs paysannes… Il y a aussi sur ce site une page qui reprend les liens vers les groupes d’achats qui permettent de se procurer des paniers de légumes frais, et encore une liste des marchés, une carte des producteurs, la possibilité de faire une recherche par mot-clé… C’est un site très complet, vraiment un outil génial pour prendre en main son alimentation.

Pour terminer, je voudrais aussi vous donner deux autres adresses de sites web qui proposent des services originaux. Il y a « le panier d’Eloise », un site de vente en ligne de produits de terroir ou produits belges bio, qui réalise aussi des paniers cadeaux et cadeaux d’entreprise. Et enfin, le site de « La Ferme à domicile », un service de livraison à domicile de produits frais, de qualité et régionaux, achetés chez le producteur le matin même ou la veille, 24heures sur 24, 7 jours sur 7. En province de Liège, les frais de transport sont offerts à partir de 60 euros d’achat… J’ai testé et approuvé cette idée : dès le lendemain de ma commande,j’ai reçu chez moi du lait cru, des fruits, des légumes, du pain, du fromage, des confitures respectueuses de l’environnement, de la santé… C’est un concept qui me plait ! N’hésitez pas à partager aussi vos bonnes adresses en commentaire ou via la page Facebook de Madame Nature!

En savoir plus:

Ajouter un commentaire

*