Et si on se débranchait pour la nuit?

Par · 16 sept 2011

adsl-web-1Elles sont entrées dans de nombreux foyers en Belgique : les box adsl, bornes wi-fi mais aussi les décodeurs pour télévision font partie du matériel domestique dont le mode veille est énergivore. Voici un focus sur une consommation pas si anecdotique, réalisé pour Nuwa (RTBF, La Première)…

Cela fait plusieurs années déjà que certains ont dénoncé l’aspect énergivore de ces nouveaux gadgets électroniques. Mais plus récemment, une étude française revenait sur ces faits : l’étude lancée début 2010 par Alliance TICS a révélé que la consommation des box ADSL a été multipliée par 5 entre 2005 et 2008 en France. Le nombre de ports ADSL activés était passé de 8,8 millions en en 2005 à 16,8 millions. En 2010 la consommation des netboxes en France a représenté, selon le magazine 60 millions de consommateurs, 2,66 milliards de kWh par soit près de 4 mois de production d’un réacteur nucléaire. Tous ces chiffres valent pour la France, mais la situation ne doit, proportionnellement, pas être très différente. Chez nous aussi, ces appareils ont connu un succès certain et sont sans doute aussi en haut de la liste des appareils énergivores. L’étude citée parle de la cinquième position après les TV, les PC, les décodeurs et les écrans d’ordinateur, en matière de consommation d’énergie.

Les fabricants font-ils des efforts pour rendre ces appareils plus économes ?

Pas vraiment. Selon le webzine et site Les Numériques, la consommation du boîtier serveur ADSL en veille de la nouvelle Freebox Révolution passe de 11 Watt à 18 Watt. La consommation du boitier TV reste, elle, à 13 Watt en veille.

Que représente concrètement cette consommation ?

Sur le forum Ecoconso, un internaute explique son calcul de la consommation du système tout en un télévision et internet qu’il a installé chez lui : un décodeur couplé à un modem, branchés 24h/24, consommant entre 15 et 20w pour le décodeur et 20w pour le modem ADSL, ce qui équivaut à +/- 300 kwh/an soit 10% de la consommation moyenne d’un ménage et un coût de 30 euros par an. L’équivalent de la consommation d’un frigo.

C’est à la fois peu et beaucoup…

C’est vrai qu’on peut se dire à quoi bon couper un appareil en mode veille pour économiser 2 euros par mois. Un appareil seul, passe encore, mais la liste des appareils ménagers qui consomment même en mode veille est longue, et nous en possédons tous. Selon le CRIOC, la disparition des équipements énergivores en mode veille pourrait atteindre, pour un ménage possédant des appareils courants, 1.582 kWh/an, soit près de 420 euros/an. A bien y regarder, ce qui frappe dans ces chiffres, c’est que les gros consommateurs d’électricité sont de moins en moins ceux auxquels on pourrait s’attendre. Or, contrairement aux gros appareils il y a peu de communication sur la consommation de ces petits appareils et peu de soucis pour les rendre plus économes.

Quelle solution alors ? Eteindre ces appareils la nuit ?

C’est la règle, pour les appareils en mode veille, on conseille de tirer la fiche, ou de la munir d’un bloc de prise à interrupteur. Le hic, c’est que lorsqu’on éteint une box adsl, le téléphone ne peut pas fonctionner… En attendant que les constructeurs implémentent une veille plus performante sur leurs boîtiers, on peut peut-être tout de même se décider à se débrancher pour la nuit…

C’est une solution radicale qui comporte peut-être aussi d’autres avantages ?

C’est particulièrement vrai si votre modem est en mode Wifi.Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF), comparables aux ondes de la téléphonie mobile à propos desquelles les soupçons de nocivités existent. Pour éviter cela, on peut utiliser un cable Ethernet et désactiver le mode Wifi. Ou au minimum éteindre le modem la nuit… On peut se rappeler que dès 2007, le gouvernement allemand lui-même a recommandé l’utilisation des connexions filaires et la désactivation de l’option Wifi, pour raison de prévention sanitaire… ça ne coûte rien de prévenir. Alors pourquoi pas se débrancher le temps du dodo ?

Commentaires1 Comment

  1. L’idéal serait de se passer de centrales thermiques. Mais des aléas liés au faible vent (ou faible ensoleillement en journée pour le photovoltaïque) peuvent demander d’y faire appel ponctuellement.

Ajouter un commentaire

*