Et si on réservait l’eau de Javel à des usages exceptionnels?

Par · 13 nov 2011

L’eau de Javel évoque pour beaucoup de personnes l’idée de la propreté. C’est un désinfectant puissant dont on connait mal les propriétés, avantages et désavantages en terme d’hygiène, de santé et d’environnement. Le point et les alternatives, c’est par ici (mais vous pouvez aussi podcaster l’émission Nuwa du 11 novembre sur La Première, RTBF)!

Une question tout d’abord, quelle est l’origine de l’appellation « eau de Javel »?

L’Eau de Javel tire son nom de l’ancien village de Javel (aujourd’hui quartier du 15ème arrondissement de Paris) où s’était créée, en 1784, une manufacture de produits chimiques, près du « moulin de Javelle ». Elle était destinée aux lavandières (blanchisseuses de l’époque) alors nombreuses sur les bords de Seine. Jusqu’au 18ème siècle, on pratiquait généralement le blanchiment sur pré des tissus en lin, chanvre et coton, ce qui nécessitait beaucoup d’espace et de temps. Son succès dépendait de la température, du soleil…. Le chimiste Claude-Louis Berthollet (1748-1822) qui savait que le blanchiment du linge de cette façon était dû à l’action de l’oxygène de l’air, chercha à reproduire artificiellement l’action de la nature. Il y réussit grâce aux solutions chlorées. 
C’est à Javel que Berthollet utilisa l’eau de chlore, en 1785, pour ses propriétés blanchissantes. Les Directeurs de la Manufacture, décidèrent de dissoudre le chlore dans une solution de potasse particulièrement adaptée au blanchiment du linge et stabilisant le caractère oxydant du chlore. C’est ainsi que fut créée la « liqueur de Javel », qui devint ensuite l’Eau de Javel, soit une solution d’hypochlorite de sodium (NaClO ==> Na+ + ClO-) obtenue en général par réaction entre du dichlore (Cl2) et de la soude (NaOH).


Ce n’est que fin dix-huitième que les scientifiques découvrirent l’action désinfectante de l’Eau de Javel

A partir de ce moment et surtout à partir de la première guerre mondiale, on employa l’hypochlorite de sodium pour arrêter les gangrènes, accélérer les cicatrisations, désinfecter les hôpitaux…Grâce à son spectre microbien le plus large connu à ce jour, l’Eau de Javel est utilisée pour lutter contre la propagation des maladies : fièvre typhoïde, choléra, hépatite virale, SIDA, grippe aviaire… 
C’est également la raison pour laquelle, en Juillet 1969 la NASA sélectionna l’Eau de Javel pour désinfecter Apollo XI au départ et à son retour de la lune pour éviter toute contamination éventuelle Terre/Lune et vice-versa.

L’Eau de Javel est un désinfectant universel, bactéricide, fongicide, sporicide et virucide, accessible à tous. Et c’est peut-être là le problème : son usage s’est terriblement banalisé. Et alors que l’on vit dans une époque particulièrement hygiéniste, les produits désinfectants ont le vent en poupe dans les ménages. On en a oublié que les microorganismes qui nous entourent ne sont pas tous néfastes, et qu’au contraire, certains d’entre eux jouent un rôle important dans la lutte contre les microorganismes néfastes, et le maintien d’un équilibre sain… Pour se développer, notre immunité a même besoin d’être mise en présence de ces microorganismes. Or, lorsqu’on utilise des désinfectants ménagers aussi radicaux que l’eau de javel, on tue toutes les bactéries, bonnes comme mauvaises et donc on bouleverse cet équilibre et on permet à des bactéries plus résistantes et souvent pathogènes de prendre le pas sur les autres. Voilà qui pourrait, entre autres raisons, expliquer l’ augmentation des allergies et des « petits » rhumes, surtout chez les enfants, ces dernières années.

Aujourd’hui, on associe encore l’eau de Javel à l’idée de la propreté, et pourtant, l’EAU DE JAVEL n’est pas un nettoyant en tant que tel. Ce n’est pas un tensioactif, et elle est même moins efficace sur une surface sale… Alors, si son utilisation ne doit pas être bannie à tout prix, essayons de recourir à d’autres produits moins agressifs lorsque c’est possible. Une bonne raison de ne pas en avoir en permanence chez soi, c’est de se souvenir que l’eau de Javel est un produit toxique et corrosif (surtout lorqu’elle est concentrée).  Elle peut provoquer des brûlures de la peau et des yeux en cas de projection. Et il faut aussi fort se méfier de son contact avec d’autres substances, qui peut donner lieu à des réactions chimiques et émanations dangereuses. Le dichlore (gaz produit lors de la réaction entre de l’eau de Javel et de l’acide) est un gaz toxique utilisé comme gaz de combat lors de la 1ère guerre mondiale.(…) Il en est de même lorsque de l’eau de Javel est versée dans une cuvette de WC où subsiste de l’urine.

Et puis on sait aussi que l’apport régulier d’eau de Javel peut compromettre les équilibres biologiques des fosses septiques et donc leur bon fonctionnement.

Le stockage et l’utilisation d’eau de Javel à la maison comportent des risques pour la santé. En effet, ce produit est à l’origine d’accidents domestiques. 
Utilisée en mélange avec des produits d’entretien contenant de l’acide (détartrant, nettoyant pour sanitaires, anti-rouille,…), un dégagement gazeux survient et peut provoquer des effets tels que l’irritation des muqueuses et des yeux, des maux de tête, des nausées,… Cela peut aller jusqu’au développement d’un oedème pulmonaire avec risque de complications infectieuses. Si l’eau de Javel entre en contact avec de l’ammoniaque, c’est un gaz plus dangereux encore qui se forme et qui peut provoquer des dommages importants aux poumons. 
Les centres Anti-poisons relatent de nombreux accidents dont les victimes sont des enfants qui ont ingéré, par mégarde, de l’eau de Javel. Heureusement, ils sont rarement mortels.

Tout cela pose aussi des problèmes pour l’environnement, au-delà de l’impact direct sur la santé humaine.

Durant tout son cycle de vie, de sa fabrication à son rejet final, l’eau de Javel libère du chlore qui réagit avec les matières organiques du sol, de l’eau, de l’air et forme des composés organochlorés, des substances toxiques pour la faune et qui ont aussi le défaut de s’accumuler dans la chaîne alimentaire. Les composés organochlorés sont en outre cancérigènes ou mutagènes.

Mais y a-t-il vraiment des alternatives ?

La règle d’abord, devrait être ne désinfecter que lorsqu’il y a une maladie contagieuse à éradiquer absolument (salmonellose, certaines hépatites,…). Même les cages d’animaux et les bacs à litière peuvent simplement être désinfectés avec du vinaigre pur. Pour le reste de la maison aussi, le simple nettoyage suffit déjà, pour le quotidien, en utilisant des tensioactifsà base d’huile végétale comme le savon noir ou le savon de Marseille, etc. Ces produits ont déjà un effet antibactérien. Et cela vaut même pour les toilettes ! Test-Achats a démontré que l’activité nettoyante des produits à l’eau de Javel est avant tout le résultat de l’agent nettoyant lui-même (les agents tensio-actifs) et non pas de l’eau de Javel. Le vinaigre, dont on a déjà parlé dans cette chronique, a un effet antiseptique, et qui lui n’aura pas d’effet négatif sur l’équilibre biologique de votre fosse septique. On peut aussi utiliser les effets de certaines huiles essentielles comme celle de Tee Trea. S’il faut encore vous persuader qu’il est possible de se passer d’eau de javel, dites-vous bien que certains pays comme l’Allemagne ou les pays du Nord en consomment beaucoup moins que nous, et qu’ils n’ont pas une moins bonne hygiène… A titre de comparaison, les Allemands n’en consomment que quelques 25000 tonnes par an, soit plus de 10 X moins que les 267 000 tonnes que les Français utilisent chaque année pour arroser leurs maisons…

Et en ce qui concerne le linge, des solutions de remplacement pour blanchir ?

L’effet blanchissant de l’eau de Javel sur les taches peut être obtenu avec des produits non chlorés, comme l’eau oxygénée, avec laquelle il faut toutefois rester prudent car ces produits sont corrosifs et donc très irritants pour la peau. Si vous devez utiliser de l’eau de Javel en dernier recours, veillez à choisir un produit dilué plutôt qu’un produit concentré ou des pastilles. En effet, le produit concentré est plus agressif en cas d’accident et les pastilles peuvent être confondues avec des bonbons. En cas d’accident avec de l’eau de Javel, contacter le Centre Anti-poison (070/245.245) et/ou un médecin.
www.poisoncentre.be

On retrouve vos bons plans sur votre blog, et aussi dans l’émission Sans Chichis du jeudi 17 novembre prochain, durant laquelle vous réaliserez des recettes de produits désinfectants pour WC sans eau de javel.

Pour en savoir plus:

Ajouter un commentaire

*