Des fêtes écolo-écono

Par · 21 déc 2012

Lors des réveillons des années précédentes, j’avais passé en revue pour vous le bilan écologique du sapin, du foie gras, des illuminations de Noël, des emballages cadeaux. Autant de bilans à consulter encore sur le blog. Aujourd’hui, je vous propose une chronique plus pratique que jamais  avec quelques bonnes idées pour rendre les fêtes plus écologiques et par la même occasion plus économiques…

Quelques cadeaux réalisés cette année moi-même: collier et pochettes de tissus, et lampe à pied en livres…

Voici donc des pistes qui vous aideront non seulement à rendre vos fêtes plus douces pour l’environnement mais qui vous aideront peut-être aussi à ne pas passer le we dans l’hystérie des magasins, et du coup, qui remplaceront les dépenses par du bon temps… Premier truc par exemple, si vous n’avez pas encore de sapin : ne vous précipitez pas dans une chasse au sapin de dernière minute. Vous savez qu’il y a toujours du débat entre les partisans du sapin naturel et ceux du sapin en plastique. Le grand gagnant, du point de vue écologique, c’est le sapin créatif : le sapin que vous créez à partir de ce que vous avez chez vous. Personnellement, j’en ai réalisé un cette année avec quelques perches de noisetier de mon jardin, des branches de houx et de cynorrhodon, assemblés autour d’un vieux pied de lampe…

Si vous manquez d’inspiration, il suffit de surfer sur internet. On y trouve des centaines d’inspirations : sapins faits de livres, de cintres, de branchages, de rouleaux de papier wc, et tout cela pour un effet inattendu et très class. Par exemple sur le blog www.reparonsnoel.org et sa page Facebook, un collectif de lutins optimistes partage des idées simples de déco et cadeaux à faire soi-même, en matières de récupération  : guirlande chic en papier journal, renne en bois flotté, jouets en carton pour enfants, hyper class, comme une magnifique cuisinière réalisée à base de simples caisses, de vieux cd, et d’un peu de patience…

Si bricoler n’est pas votre truc, plutôt que de courir désespérément les magasins, pourquoi ne pas cuisiner ? On trouve de sympathiques idées de gourmandises à confectionner et à offrir dans le livre « Je crée mes cadeaux gourmands » de Marie Chioca et Delphine Paslin (Ed. Terre Vivante). Un bouquin plein de recettes de douceurs faciles à réaliser, dont certaines ne demandent même pas vraiment de cuisiner: vous pouvez ainsi offrir par exemple un cake de Noël, des brownies aux marrons, mais aussi des mélanges d’épices maison, de la fleur de sel aromatisée aux agrumes, ou un kit pour réaliser des cookies.

Encore plus paresseux, on parle aussi souvent des cadeaux immatériels…

Ce sont surtout a priori des cadeaux économiques, parce qu’ils ne coûtent pas un sou, mais ils vous demanderont souvent de mettre la main à la pâte : l’idée est par exemple d’offrir de son temps, par exemple pour un baby-sitting ou un autre service dans vos compétences. Ça a peut-être l’air un peu tristounet comme ça, mais si vous mettez en oeuvre un peu d’imagination pour formuler joliment le service offert sur un beau papier, ça peut vraiment faire de l’effet. Ce sont en général des cadeaux très personnalisés, et ça, ça fait toujours plaisir !

Deux ou 3 autres idées concrètes à réaliser soi-même à la maison, en fonction de profils précis ?

Si vous avez dans votre entourage un amoureux de livres, je vous propose de réaliser une petite lampe à partir de vieux livres de poche. Récupérez une lampe de chevet, séparez ses pièces de base, constituez une pile de livres que vous aurez sélectionnés parce que non seulement ils vous plaisent mais vous ne pensez pas les relire (des livres en double par exemple), trouez ce tas avec une perceuse, passez-y le fil électrique et le soquet. Si vous avez un bel abat-jour, vous avez un objet au design unique, personnalisé. Ça fait de l’effet !

Autre profil : qu’offrir à une fille accro aux cosmétiques ?

Un peu de lecture, peut-être : si vous sortez quand même en librairie ce we, il est encore temps de lui offrir le livre « Adoptez la slow cosmétique » de Julien Kaibeck. Sinon, de nouveau, mettez la main à la pâte : découpez de jolis ronds à démaquiller réutilisables dans un vieux polar qui a gardé de jolies couleurs, et accompagnez-les d’une petite bouteille d’huile végétale, vous initierez ainsi votre accro aux cosmétos à un démaquillage sain, économique et efficace…. Si vous avez la possibilité encore de passer en pharmacie pour vous procurer un peu de bicarbonate, de l’acide citrique, et de l’huile essentielle de lavande, vous pourrez même réaliser vous-même très facilement des bombes de bain. Un cadeau carrément bluffant, vous verrez.

On peut faire ça avec les enfants ?

Oui c’est un super bricolage, et vous verrez, c’est très sympa. Vous aurez en prime le cadeau d’un bon moment passé en famille. Dans le même style, vous pouvez aussi réaliser des bougies. C’est toujours un cadeau apprécié, et assez gai à fabriquer. Surtout si vous joignez l’utile à l’agréable en vous procurant les nouveaux kits qui permettent de recycler de l’huile de cuisson usagée en matière première de bougie… C’est un bricolage étonnant et éducatif. On trouve notamment ces petits kits dans les points de vente Amnesty International.

Bon, quand on a trouvé tous ses cadeaux, il faut les emballage : là aussi, quels conseils ?

Pour limiter les déchets, il y a la récup de papier journal ou de papiers cadeaux. Mais je vous rappelle une autre option plus originale, qui nous vient du Japon : le Furoshiki. Au Pays du Soleil Levant, la tradition de plier et nouer du tissus autour d’objets pour les transporter et les protéger est connue depuis le 8e siècle, le moyen âge nippon ! La technique du furoshiki avait été délaissée par les japonais, qui comme nous avaient cédé à la tentation des sacs et emballages plastique. Mais depuis quelques années, le gouvernement japonais pousse ses concitoyens à s’y remettre, histoire d’éliminer ces horribles sacs plastique polluants… J’ai testé, et c’est véritablement génial. C’est une super bonne idée d’emballer ses cadeaux avec des bouts de tissus plutôt que du papier, que l’on jette, la plupart du temps. Avec un simple foulard on peut faire un joli sac pour des livres ou un emballage pour une bouteille de vin, aussi en un tournemain ! Il y a encore des tas de possibilités, expliquées sur une très belle page avec beaucoup de liens sur le blog de Raffa.

On a le sapin, les cadeaux, alors que met-on à table.

De un, par pitié, sortons du débat foie gras contre faux gras. A moins que vous manquiez de conversation à table, mais alors, celle-ci n’est pas moins risquée que de parler de sexe ou de religion. Vous connaissez ma position à ce sujet : on en a parlé l’an dernier, et la chronique sur la guerre des gras est toujours en ligne. Quel que soit votre choix, évitez peut-être simplement les produits le plus industriels : un faux gras à base d’huile de palme, même bio, ne vaut pas mieux qu’un foie gras industriel. Pourquoi ne pas carrément faire une entrée végétale comme du hoummous parfumé avec de l’ huile essentielle de cumin, aux propriétés apéritive, et digestive ? C’est simple : on mixe une boite de 200 g de pois chiches cuits

avec 3 gousses d’ail haché, 30 ml de jus de citron et 10 ml d’huile végétale de Sésame BIO, 10 ml d’huile végétale d’Olive BIO. On y ajoute sel, poivre, paprika et 2 gouttes d’HE de Cumin, et on mélange bien… Vous verrez, ça plait beaucoup !

Un dernier conseil ?

Oui, celui d’oser cuisiner vos restes, le lendemain de la veille. Si vous avez fait de la dinde, vous trouverez sur internet des dizaines de recettes pour vous éviter de manger des sandwiches à la dinde froide pendant une semaine… Vol au vent, hachis, chili, pizzas… Même la carcasse peut avoir une seconde vie : vous pouvez en effet la faire mijoter dans une caserole d’eau, avec des aromates pour réaliser un délicieux bouillon…

En savoir plus

Ajouter un commentaire

*