De l’art pour le développement durable…

Par · 11 fév 2010

labeur

"Labeur", Sébastien Grebille

Je vous ai fait récemment un billet sur les liens que certains artistes tissent entre leur travail et l’environnement… Avec Cape Farewell, on se situait dans le registre de la sensibilisation. Mais aujourd’hui, d’autres liens existent entre le milieu artistique et le développement durable. J’ai ainsi découvert il y a peu Artfriendly, un label artistique « durable ». Concrètement, cette jeune boîte bruxelloise fonctionne sur le même mode qu’un label musical, mais édite des reproductions d’art… et surtout, le fait dans un esprit « développement durable » que l’on retrouve à chaque étape de production.

-Les oeuvres sont reproduites sous le contrôle des artistes, et ceux-ci reçoivent 50% des revenus du label;

-Les matériaux et techniques ont été choisis pour leur durabilité: c’est ce qui a poussé Pierre Fuzio, le fondateur, à choisir une technique d’impression directe faisant appel à des éco-solvants plutôt que de recourir à des encres végétales. Certes très écologiques, ces dernières risquaient de se dégrader à l’exposition à la lumière… Ce qui est tout de même une donnée essentielle pour un tableau. Faire de l’art qui dure, c’est important!

-La fabrication est réalisée en Europe, dont une partie en Belgique.

-Les emballages sont en carton recyclé, les papiers des certifcats d’authenticité en papier FSC…

-Et cerise sur le gâteau, pour chaque oeuvre achetée, Artfriendly plante un arbre. Le label collabore  pour cela avec Tree Nation, une organisation qui participe à la campagne « The billion tree campaign » du programme des Nations Unies pour l’environnement. Un projet qui vise à planter un milliard d’arbres sur la planète. En s’alliant à Tree Nation, Artfriendly a pour objectif de planter 10.000 arbres en 3 ans. Ces arbres participent, au Niger par exemple, à la lutte contre la désertification, un fléau environnemental et humain.

project_1Le petit clin d’œil ? Votre arbre fera grandir l’ immense cœur vert de la plantation Tree Nation au Niger: voilà une jolie idée pour faire en sorte que la Saint-valentin redevienne une vraie fête de l’amour, et pas uniquement celle du commerce!

Concrètement, comment ça marche? On se rend sur le site d’Artfriendly, on choisit, on commande, on paye, et on reçoit 2 jours plus tard la reproduction accompagnée de son certificat d’authenticité. On reçoit par mail un code qui donne accès au certificat de plantation de l’arbre.

Cela vaut la peine de visiter le site d’Artfriendly de fond en comble: sa section FAQ témoigne d’une réelle volonté de transparence, et d’une réflexion menée dans le moindre détails sur la durabilité de ces reproductions…

Il y a des reproductions de tous les prix selon les dimensions, de 99 euros pour les plus petites qui font tout de même 40X40 cm, à 1255 euros pour les plus grandes en tirage limité… A noter: Bongo propose aussi un coffret « Wall Art » avec le choix entre une vingtaine de reproductions Artfriendly. Et le label a aussi plusieurs points de vente ancrés dans le monde réel, comme le Bozar Shop…

Pour ma part, j’ai craqué pour cet arbre en noir et blanc, une photo baptisée « Labeur » par son auteur Sébastien Grébille qui trône désormais dans ma cuisine. Pour en savoir plus, visionnez l’émission Sans Chichis de ce jeudi 11 février

Commentaires1 Comment

  1. Razou dit :

    J’aime!!!!! J’ai entendu également parler d’un projet de « foire d’art » autour de ce concept… A suivre!

Ajouter un commentaire

*