Comment je me suis décidée à tester les couches lavables

Par · 3 déc 2009

bambou_0020_naturelUne éco-aventure de plus…

Il y a bientôt 10 ans, lorsque Simon (« Grand corps pas malade », comme on le surnomme ici) est né, les mots écologie et environnement faisaient partie d’un vocabulaire réservé à quelques illuminés/éclairés, et les couches lavables ne faisaient pas encore parler d’elles. Il en existait sans doute, mais à cette époque, la simple idée d’utiliser ce genre de couche, alors que je n’avais jamais langé de bébé, et que celui-ci, comme tout premier, m’était livré sans mode d’emploi, je dois avouer donc que cette simple idée ne m’a pas effleurée à l’époque.

Lorsque Baptiste est arrivé, il y a presque 8 ans, l’alternative se profilait à l’horizon, mais mon cher et tendre m’a persuadée de son amour pour les couches jetables : « Je dois déjà me retenir de vômir chaque fois que je le change, alors, pitié, ne m’impose pas quelque chose de plus compliqué ».

Lorsque Jérémie est arrivé, il y a 5 ans et demi, son nouvel argument fut: « Non, mais, tu as vu? Tu ne suis déjà pas avec la lessive, ne te mets pas ça en plus sur le dos! » (!-)))

Enfin, Mathieu nous a rejoints il y a 2 ans, et alors que tous ces arguments s’additionnaient, des couches recyclées et compostables, moins chères que les fameux P. et aussi efficaces sont arrivées sur le marché… Enfin une alternative qui nous convenait. Avec toujours un petit regret de ne pas avoir essayé les autres.

Et puis cette question qui jusqu’à présent n’avait pas trouvé de réponse claire: des couches écologiques ou des couches lavables, lesquelles ont le meilleur bilan écologique ? Bref. Je comptais bien un jour enquêter sérieusement sur cet écodilemme. Et voilà que plusieurs téléspectateurs de Sans Chichis m’interpellent à ce sujet. Or, Mathieu abordant l’apprentissage de la propreté, et nous-mêmes ayant décidé d’arrêter définitivement ici nos tentatives ratées de faire une fille, le moment de notre dernière « chance » de monter au front et de tester, de nos propres corps, ces fameuses couches lavables est venu!

Donc, ça y est: aujourd’hui, sébastien Delronge, patron de la boutique en ligne Sebio, papa de petits porteurs de langes lavables très actif dans la promotion de ceux-ci, m’a prêté un kit de couches lavables, un bouquin, et j’ai eu droit à une petite leçon pratique. J’en ai encore quelques sueurs froides. C »est parti! Je n’ai encore rien annoncé à mon cher petit mari qui sera ravi j’en suis sûre de cette nouvelle aventure dans laquelle je nous lance… !-)))

« Tu sais, mon chou, plusieurs personnes m’ont assuré que c’était une bonne idée: il paraît qu’ils apprennent plus vite la propreté avec les couches lavables… » et puis « C’est pour le boulot!-))) »: voilà des arguments de choc que je compte utiliser pour couper court à toute protestation.

Merci de nous encourager dans cette démarche hautement scientifique (qui nous propose pour le Nobel?). Je vous promets (enfin, si ça vous dit), de vous raconter ça par le menu. En tout bien tout honneur. Ca sent déjà la rose vous ne trouvez pas? Allez, si ça vous tente, demain, je vous donne le premier épisode: ma rencontre avec le fameux kit de couches…

Ajouter un commentaire

*