Anti-moustiques au naturel

Par · 8 juin 2012

Bientôt l’été et le retour des moustiques. Comment éviter de se faire piquer tout en évitant aussi de s’empoisonner avec des anti-moustiques…

Ah, le moustique ! Qui n’a pas écrasé cet insecte au moins une fois dans sa vie ? Il faut dire que le moustique existe depuis plus de 400 millions d’années. Il était déjà là bien avant l’homme, et rend donc certaines de ses nuits infernales depuis la nuit des temps ! On pourrait presque dire que c’est lui, le plus vieux compagnon de l’homme ! Trève de plaisanterie, saviez-vous qu’il existe en fait plus de 3000 espèces différentes de moustiques, ce qui représente plus des deux tiers du règne animal?!

Mais parmi eux, tous ne piquent pas!

En fait, seules les moustiques femelles fécondées piquent pour nourrir leurs oeufs grâce aux protéines du sang. Ce qu’on ignore souvent c’est que ces femelles moustiques ne nous voient pas mais qu’elles repèrent leurs victimes, parfois à plusieurs dizaines de mètres de distance, en détectant le CO2 qui se dégage du corps humain.

Est-ce que ces piqures sont dangereuses sous nos latitudes ?

Pour l’instant, en Belgique, non, mais ces dernières années le moustique tigre, Aedes albopictus, est par exemple apparu dans le Sud de la France. Or, ce moustique est un vecteur du chikungunya et de la dengue, et il poursuit sa progression en France… Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), une élévation de température de 1 ou 2°C dans les prochaines décennies pourrait étendre vers le nord le territoire des moustiques vecteurs de maladies tropicales…

On n’en est pas encore là heureusement, mais les piqures n’en sont pas moins désagréables, alors que faire pour se protéger ?

Il existe bien sûr diverses solutions anti-moustiques qui sont plus ou moins efficaces mais aussi plus ou moins saines. On trouve par exemple dans le commerce des produits à base de DEET (ou Diethyl Toluamide) : il s’agit d’un répulsif qui « aveugle » les sens des moustiques en bloquant les capteurs grâce auxquels ils repèrent leur proie. C’est une molécule efficace, mais dont des recherches ont montré ces dernières années qu’à certaines concentrations et en combinaisons avec d’autres substances, elle pouvait être dangereuse, en particulier pour les femmes enceintes et les enfants. A éviter donc si on peut sous nos climats ou la santé des enfants est davantage mise en danger par le DEET que par les insectes (ce n’est pas vrai si on voyage en zone impaludée, par exemple).

Est-ce qu’il existe d’autres produits efficaces mais plus sains ?

Le problème est que les produits les plus efficaces contre les insectes (et surtout contre les moustiques femelles qui sont plus résistantes que les mâles) sont aussi les plus dangereux pour l’environnement et la santé humaine. Mieux vaut donc les éviter quant on peut et éviter d’ailleurs en général ces diffuseurs électriques qui répandent des produits dans l’atmosphère durant de longues heures…

Même lorsque ces diffuseurs sont à base de produits comme la perméthrine ? On dit souvent que c’est un insecticide naturel…

Le pyrèthre est un insecticide naturel extrait de certains chrysanthèmes. Les extraits de pyrèthre et les pyréthrinoïdes de synthèse se retrouvent sous différents noms dans les insecticides : Pyrèthre, Cyfluthrine, Tétraméthrine, Perméthrine, D-alléthrine, Cyperméthrine, Bioalléthrine, S-Bioalléthrine, … En fait ce sont ces produits que l’on retrouve dans la plupart des vaporisateurs et diffuseurs «grand public» vendus aujourd’hui. Attention toutefois, les extraits de pyrèthre s’ils sont naturels ne sont pas sans danger : ils peuvent déclencher des allergies, et certains insecticides à base de pyrèthre naturel peuvent en outre contenir des adjuvants qui sont eux dangereux pour la santé. Par exemple, pour prolonger la durée de vie des pyrèthres naturels (rapidement dégradés par la lumière) et de certains pyréthrinoïdes de synthèse, on ajoute une substance appelée Piperonyl Butoxyde (PBO) qui inhibe la désintoxication qui s’opère dans notre organisme en cas d’absorption de pesticides… L’absorption de cette substances pourrait donc augmenter la toxicité d’autres pesticides auxquels nous sommes inévitablement exposés. Quant aux pyréthrinoïdes de synthèse, ils peuvent occasionner de graves problèmes de santé en cas d’exposition prolongée  et certains sont classés cancérigènes possible pour l’homme selon l’Agence de Protection de l’Environnement américaine (EPA) et/ou perturbent le système hormonal chez l’animal de laboratoire et au niveau de la faune sauvage… La perméthrine par exemple, le pyréthrinoïde de synthèse qui résiste le mieux au soleil, garde un effet toxique et répulsif près d’un mois, tue les insectes (y compris les abeilles) mais est également toxique pour les autres organismes à sang froid (attention au poisson rouge dans son bocal).

Que faire alors pour se protéger des piqures sans s’intoxiquer ?

D’abord recourir à des mesures préventives : supprimer les eaux stagnantes par exemple dans les soucoupes de pots de fleurs, les vieux pneus, les flaques, car les moustiques femelles déposent précisément leurs oeufs dans ces eaux stagnantes. En réduisant les possibilités de ponte, vous réduirez le nombre de naissances de moustiques. Si vous avez une mare, essayez qu’elle soit accueillante pour les grenouilles et autres batraciens, friands de larves ! Autre mesure de prévention, plus rébarbative lorsqu’il fait chaud : porter des vêtements couvrants, surtout le soir. Et puis fermez les fenêtres des pièces dans lesquelles la lumière est allumée,équipez vos fenêtres de moustiquaires, et conservez les toiles d’araignée qui peuvent servir de piège aux moustiques ! Sur le blog, je vous posterai aussi une explication pour réaliser un piège à moustiques écolo et efficace avec une vieille bouteille et une pâte à base d’eau, de sucre et de levure… Ce mélange crée du dioxyde de carbone qui attirera les moustiques dans le piège !

Et les huiles essentielles ?

Elles peuvent être efficaces, mais attention, certaines d’entre elles doivent être évitées chez les touts-petits et les femmes enceintes (comme l’eucalyptus par exemple, souvent dans les recettes de répulsifs anti-moustiques). Danièle Festy, pharmacienne et auteure de la Bible des Huiles essentielles (Edition Leduc S), conseille de mélanger 1 goutte d’HE de géranium rosat à 10 gouttes d’huile végétale et appliquer ce mélange sur les parties exposées du corps. Un traitement préventif à renouveler toutes les 4 heures. Vous pouvez d’ailleurs mettre des géraniums odorants dans vos jardinières, ils auront aussi un effet répulsif. Il parait que les plants de tomates, la citronnelle, et la lavande ont le même effet. Si vous êtes piqué,  l’huile essentielle de lavande ou une compresse de vinaigre appliquée sur la piqûre vous soulagera. Allez, finalement avec ce temps frais, c’est déjà ça, les moustiques ne sont pas encore trop présents ni agressifs. Profitons de cette météo exécrable!-)

En savoir plus

Commentaires6 Comments

  1. Garcia dit :

    Bonjour, effectivement aujourd’hui trouver un moyen efficace de se prémunir des piqures d’insectes sans nuire à sa santé et en préservant les autres espèces, pas facile!
    Mais aux USA, une ste a mis au point un matériel qui « leurre » ces fameux agresseurs. Ce matériel diffuse du CO2 couplet à de l’octenol (substance produite naturellement par les plantes et par certains animaux (phéromone et kairomone) ce qui attirent immanquablement la femelle. Irrésistible pour elle et lorsqu’elle est près de l’appareil qui diffuse ce produit elle est puissamment aspirée et termine dans un sac, piégée la bébête ;) ) ouf notre soirée va enfin pouvoir se dérouler tranquillement. Si vous voulez en savoir plus sur cet ingénieux matériel, visitez ce site http://www.helianboutique.fr
    Bonne continuation,
    Cdt
    Alain

  2. Catherine dit :

    Bonjour, merci pour ces infos sur les anti-moustiques! Du même acabit, je m’inquiète des produits anti-mites, les petites boules que l’on met dans tous nos tiroirs (y compris dans les chambres des enfants). Les produits classiques sont-ils nocifs? Existe t’il des alternatives?
    Merci!
    Catherine

  3. Isabelle dit :

    Certains anti-mites contiennent en effet des produits toxiques. Mais on trouve aujourd’hui facilement des alternatives naturelles: bois de cèdre, huile essentielle de lavande, etc. Je pense faire une chronique spécifique prochainement sur ce thème!

  4. Catherine dit :

    Merci!

  5. Voilà un tour d’horizon bien complet.
    Moi j’utilise un, bracelet anti-moustique efficace à la citronnelle.
    C’est considéré comme un produit bio non ?

  6. Pierre dit :

    je m`intéresse pour le bracelet anti-moustique mais ou l`acheter?

Ajouter un commentaire

*