Des plantes à la maison ou au bureau, pour respirer un air pur!

Par · 10 oct 2009

Des plantes pour absorber la pollution ?

Hors du rush du métro, loin des embouteillages des autoroutes ou du smog des trottoirs urbains, dans les quatre murs de son home sweet home, on se croit à l’abri de la pollution…et on a tort ! A la maison ou au bureau, pour respirer l’air pur, mieux vaut s’entourer de quelques plantes bien choisies…

COV et SBS, vous connaissez ?

Les Composés Organiques Volatiles sont des produits chimiques de synthèse présents dans de très nombreux produits d’entretien, cosmétiques, matériaux de construction et de décoration intérieure. Ces substances rejetées dans l’air par les peintures, colles de moquettes, papiers peints peuvent polluer nos intérieurs pendant de longues années, et provoquer ce que l’on appelle le syndrome des bâtiments malsains ou SBS (Sick Building Syndrome). A fortes concentrations, les COV peuvent se révéler cancérigènes. A plus faibles doses, ils peuvent générer des allergies, rhinites, crises d’asthme, problèmes respiratoires, ainsi que des maux de tête et même de la nervosité…

Quelles solutions pour un air pur ?

Ceux qui sont en plein projet de construction ou de rénovation, peuvent bien sûr veiller à utiliser des matériaux bio, respectueux de l’environnement, et ne rejetant pas de COV dans nos intérieurs. Mais les chercheurs de la NASA ont planché sur une solution moins onéreuse et tout aussi efficace pour ceux qui n’envisage pas de transformer leur lieu de vie en chantier de bataille anti-pollution. Pour Bill Wolverton et son équipe, rien de tel que les plantes vertes pour épurer l’air de la maison. Planchant sur les techniques d’élimination des composés chimiques générés par les matériaux de construction dans le but de recycler l’air dans les navettes, ces chercheurs ont découvert la capacité des plantes à ingurgiter nos solvants toxiques.

A chaque polluant sa plante verte
Pour maintenir l’air intérieur sain, la règle est simple que l’on soit dans un bureau paysager, un appart ou une villa, il suffit de placer un de ces « filtres à air » verts tous les dix mètres carrés. Parmi les plantes sélectionnées pour leurs qualités épuratives, il y en a pour tous les goûts :
A mettre partout : le bon vieux ficus benjamina, classique des classiques des plantes d’intérieur, neutralise le formaldéhyde qui envahit nos maisons, caché dans les mousses d’isolation, la colle à moquette mais aussi dans les papiers d’emballages, les essuie-tout, les vêtements nettoyés à sec… Dans la même catégorie des champions de la dépollution, le chlorophytum (aussi appelé phalangère ou plante araignée) efficace également contre le formaldéhyde mais aussi contre le monoxyde de carbone
A la cuisine ou au petit coin : l’azalée extermine à merveille l’ammoniac des dégraissants et autres produits de nettoyage des sols. Le lierre est redoutable dans l’élimination du benzène, solvant quasi omniprésent dans les peintures, encres, matières plastiques ou détergents.
Pour les pièces fraîchement repeintes : le chrysanthème, loin de se limiter à l’ornementation des cimetières, absorbe le trichloréthylène, des peintures et solvants.
Sur le plancher : le philodendron dévore le pentachlorophénol que l’on trouve dans les produits de traitement du bois. De plus, le philodendron dit « oreille d’éléphant » dégage beaucoup de vapeur d’eau grâce à ses grandes feuilles : c’est une plante idéale pour humidifier l’air d‘une pièce sèche.
Et dans la chambre ? Contrairement aux idées reçues, il n’est pas nocif de dormir dans une chambre garnie de plantes. La quantité d’oxygène produite par celles-ci est en effet beaucoup plus importante que le gaz carbonique qu’elles rejettent…
Il existe quantité d’autres plantes aux vertus dépolluantes : aloe vera, dieffenbachia, spathiphyllum, aglycone, faux papyrus, dracæna ou clivia,… Pour une efficacité maximale, on veille à bien arroser ces plantes, car l’efficacité de l’épuration dépend de la bonne circulation de l’air au niveau des racines.

Pour en savoir plus

* Visionnier et/ou lire ma chronique sur le sujet dans « Sans Chichis » (RTBF, La Deux)

"Nos maisons nous empoisonnent. Guide pratique de l'air pur chez soi", de Georges Méar, aux Editions Terre vivante, 2009* Lire « Nos maisons nous empoisonnent. Guide pratique de l’air pur chez soi », de Georges Méar, aux Editions Terre vivante, 2009: pour tout comprendre de la pollution intérieure, cet ouvrage explique aussi comment agir, quelles substances éviter, comment bien ventiler sa maison, et comment purifier l’air. Il se penche sur l’efficacité des plantes mais aussi des autres systèmes comme les ioniseurs, appareils controversés, et les purificateurs d’air. Précieux aussi pour sa liste descriptive, de A à Z, des polluants, très détaillée et claire…

Livre :  -"Plantes dépolluantes pour la maison", de Marc Grollimund et Isabelle Hannebicque aux éditions Ulmer * Lire aussi « Plantes dépolluantes pour la maison », de Marc Grollimund et Isabelle Hannebicque aux éditions Ulmer: un livre clair et pratique, pour vous aider à choisir les bonnes plantes…

· L’ambulance verte, un service de détection des pollutions intérieures

Les ambulances vertes, ce sont les cellules mises sur pied en Belgique pour repérer, dans l’habitat, les pollutions pouvant être à la source de problèmes de santé. Elles interviennent, le plus souvent gratuitement, en complément d’un diagnostic médical, lorsqu’un médecin suspecte qu’un problème de santé pourrait être lié à la présence d’une pollution à l’intérieur de l’habitation de son patient. Ce diagnostic s’accompagne de conseils pour réduire, voire éliminer, la ou les nuisance(s) et ainsi améliorer la santé des habitants.

Toutes les adresses des cellules régionales sont disponible sur les site des Services d’Analyse des milieux intérieurs (SAMI) www.sami.be. En région bruxelloise, l’IBGE a créé depuis 2000 la Cellule régionale d’intervention en pollution intérieure (CRIPI): T. 02/242 02 92.

· En France, la paysagiste d’intérieur Geneviève Chaudet a fondé l’association Plant’Airpur, dans le but de promouvoir le rôle déterminant de l’utilisation des plantes dans la vie quotidienne pour la qualité de l’environnement. L’association aide à la recherche et au développement de la biodépollution de l’air intérieur.
Plant’Air Pur : www.plantairpur.fr, +33 (0)2 41 76 60 18

Commentaires3 Comments

  1. Vergauwe dit :

    n’est-ce pas vous qui avez parlé de l’oignon à déposer dans les pièces pour prévenir certaines maladies? (virus, bactéries?…)
    déja merci
    JV

  2. Isabelle dit :

    Bonjour Madame Vergauwe,

    j’ai connaissance de cette tradition, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de me pencher sur ses fondements, et je n’en ai donc pas parlé jusqu’à présent. Mais il semble que ce soit une bonne idée pour une chronique hivernale!

    Merci pour votre intérêt!

  3. Isabelle dit :

    En attendant, je vous invite tout de même à lire ce que dit le site Hoaxbuster du mailing qui circule à ce sujet… http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=81295

Ajouter un commentaire

*