Imagine(z) demain le monde!

Par · 16 nov 2014

Le magazine « Imagine demain le monde » fait peau neuve. Et si vous ne le connaissez pas encore, c’est l’occasion de le découvrir ! Les 10 premières personnes qui m’enverront une bonne nouvelle nous permettant d’imaginer le monde de demain de façon positive recevront un exemplaire d’Imagine. En attendant, voici 5 bonnes raisons de se laisser séduire par la lecture du nouvel Imagine…

  1. 1.Imagine est beau : ceux qui connaissaient l’ancien Imagine (fondé en 1996) mesurent l’importance du changement rien que par nouvelle forme du magazine qui compte désormais 100 pages au lieu de 52, dans un format qui facilite la prise en main (23 x 28 cm), et avec une mise en page graphique et dynamique. Une modernisation réalisée dans le respect des valeurs fondatrices du magazine, puisqu’Imagine est imprimé avec des encres écologiques, sans solvants chlorés, sur du papier 100 % recyclé. La cohérence, c’est un des points forts d’Imagine : pour réaliser cette modernisation, la rédaction a fait appel à l’intelligence collective, en consultant ses collaborateurs mais aussi ses lecteurs.
  2. Imagine est positif : c’est encore plus vrai aujourd’hui qu’hier. L’écologie, la société, les relations Nord-Sud restent au coeur de la ligne rédactionnelle du magazine. Sans tomber dans une vision béate et édulcorée de notre monde, Imagine préfère parler des pistes qui permettront de l’améliorer plutôt que de s’appesantir sur ce qui ne fonctionne pas. Il s’ouvre dès les premières pages sur une série de bonnes nouvelles : « la Chine dit non aux OGM », « les mineurs sud-africains revalorisés », « les canettes wallonnes consignées »… Plus loin dans le magazine, un grand entretien avec le philosophe Michel Serres se termine par une considération sur la joie qui ne peut que vous donner envie de le lire : « Sans joie, il n’y a pas de pensée, du moins pas d’invention possible. »
  3. Imagine est malin : au travers des 5 rubriques « Découvrir », « Apprendre », « Agir », « Se retrouver », « Prendre le temps », on apprend des choses dans des domaines très variés. Ceux qui comme moi ont envie de mieux s’y connaître en économie seront contents par exemple d’y lire une chronique de Paul Jorion (anthropologue, sociologue et économiste, détenteur de la chaire Stewardship of Finance à la VUB) se penchant dans cette édition sur la notion d’intérêts et de dette avec pertinence et impertinence… Ou d’y découvrir aussi les « Petites histoires de gros sous » rédigées par Antonio Gambini (CNCD-11.11.11), au travers desquelles on apprend par exemple que l’actuel « sheriff de Nottingham est un banquier de la City »… Ailleurs dans le magazine, on parle d’emploi et de temps de travail, de guerre et de paix, de cacao sans esclavage, de géo-stratégie, du monde animal, de matériaux de récup pour la rénovation, d’alimentation durable, de santé mentale, d’art, de musique…
  4. Imagine est ouvert : au fil de ses pages, on fait le tour du monde et de ses idées. On va à la rencontre de l’autre, des autres. L’autre d’ici par exemple, avec la rubrique « On dirait le Nord » de Martine Vandemeulebroucke, dans laquelle on apprend que « La Flandre perd chaque jour 6 hectares de terrain »… Les autres d’ailleurs, on les découvre par exemple dans un passionnant article relatant « le tour du monde des écovillages » réalisé par Karen Liftin, professeur à l’Université de Seattle. Dans la même veine, je suis déjà accro au feuilleton  « Perdre le Nord » au cours duquel Pablo Servigne nous raconte l’aventure familiale de son changement de vie et de son installation en Ardèche, dans l’ écovillage pédagogique et intergénérationnel fondé par Sophie Rabhi.
  5. Imagine prend le temps : c’est assez rare, dans le monde des médias, pour être souligné ! Imagine consacre une rubrique entière à l’idée de « prendre le temps », avec là aussi des articles originaux, comme celui nous expliquant la semaine d’un juge de paix. Mais le magazine va plus loin que cela. Son rythme de parution (tous les 2 mois) permet de garder du recul par rapport au flux continu de l’actualité, pour aborder en profondeur les questions qui en émergent durablement. Et alors que naissent ça et là de nouveaux médias alternatifs tentant de redonner la possibilité (et donc le temps) aux journalistes de réaliser un travail de fond (et donc de terrain), Imagine peut être fier d’être de défendre son ADN de « Slow press » depuis 18 ans, le tout de façon entièrement indépendante… C’est une raison essentielle de soutenir cette démarche en devenant lecteur, ou en recrutant autour de soi de nouveaux lecteurs ! A vous de jouer… et d’imaginer demain le monde, vous aussi !

 

Pour en savoir plus, suivez la page Facebook d’Imagine ou rendez-vous sur son site !

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires6 Comments

  1. Dembour Madeleine dit :

    Bonjour Isabelle,
    vous m’avez convaincue, je vais aller dans ma librairie la plus proche acheter Imagine… Rayon des bonnes nouvelles… je cherche mais je ne trouve pas vraiment ! Peut-être le fait qu’un magazine comme Imagine puisse se réinventer est en soi une bonne nouvelle, non ?

  2. Isabelle dit :

    Merci Madeleine! Je vous envoie un MP pour vous demander votre adresse!

  3. Nathalie Goffette dit :

    Encore plus envie de découvrir « Imagine demain le monde » nouvelle mouture :)
    J’ai l’impression que les médias relayent de plus en plus de nouvelles initiatives pour une écologie, une consommation, une manière de vivre plus juste pour la planète et l’humanité, et ça c’est une bonne nouvelle :)

  4. nathalie dit :

    Bonjour et merci car j’adore depuis longtemps ce magazine. Comme bonne nouvelle encourageante, je parlerai simplement des avancées sur le CATL (ceinture alimentaire liégeoise, voir leur site) qui est en train d’avancer dans ses réflexions et ses projets pour faire bouger de manière TRES concrètes les choses afin de nous donner la possibilité de nous nourrir de manière locale, éthique et tout simplement logique. De voir une mobilisation citoyenne s’investir autant, ça donne énormément d’espoir et en cela c’est on ne peut plus positif.!!! merci à eux.

    nath

  5. Dame Andine dit :

    Je viens de découvrir ce blog :-) . (Pas de TV mais zapping occasionnel dans une autre maison et je tombe sur vos idées sympathiques… de fil en aiguille, le web m’amène sur ce blog…).
    Je ne sais pas si l’appel aux bonnes nouvelles est toujours valables mais en voici 2 :
    - début novembre, le nouveau doc de Marie-Monique Robin est sorti, et c’était réjouissant.
    - j’ai trouvé un moyen d’avoir des fromages fermiers et bio à portée de vélo (avec efarmz).
    Bonne fin d’année !

Ajouter un commentaire

*